Anne Christine Roda

Anne-Christine Roda defines a highly original interpretation of the portrait:  in her work the painting is entirely subjugated to the portrayal of man’s fragility. 

 Her paintings, in terms of the choice of pose for her models and the neutral treatment of their backgrounds are as rooted in tradition, as her subjects are sourced unequivocally from our contemporary era.  Her choice of subject speaks directly to our everyday lives.

 Hers ‘sitters’ – very diverse in age and social status are striking in their individuality. Yet going beyond the individual, their very diversity represents disparate fragments of a mosaic combining to reveal an image of humanity pulsating with life.  Through this shared humanity each portrait has the power to evoke in an instant for the viewer, the most personal of memories.

 Thanks to her training as a picture restorer, Anne Christine, with each meticulously applied layer of paint gradually reveals her sitters face in all its naked intimacy.  The features emerge with precision and realism.  The gentle hollow of a fine wrinkle, the texture of a strand of hair or even the moisture of a glistening eye: it’s in this quest for exactitude and fidelity to her subject that the individual is revealed in all its sensitivity.   The choice of a neutral expression is deliberate, in so doing, leaving the portrait open to the personal interpretation of each person who stands before it.

 The technique of precision exercised in the treatment of each face extends also to the sitter’s body and clothes.  These latter anchor the composition firmly in our era through the creases of a crumpled tee shirt, the delicate embroidery on a bodice or a simple tattoo.

IIt was the dawn of photography amongst other things that heralded the decline of the painted portrait and yet it is from a photograph that Anne Christine works, ultimate proof that while digging deep into the traditions of her art form she distances herself from this very tradition in seeking a naked rawness in her representations.

 The artist’s visual interpretation of her subject, the viewer’s gaze on the work of art, that questions the representation of reality- when the painting becomes both a reflection and a fragment of humanity.

Represented by Courcelles Art contemporain, Paris

To know more: 

annechristineroda.com

Anne-Christine Roda définit une interprétation très originale du portrait : dans son œuvre, le tableau est entièrement soumis à la représentation de la fragilité de l'homme. 

 Ses peintures, par le choix de la pose de ses modèles et le traitement neutre de leurs arrière-plans, sont aussi enracinées dans la tradition que ses sujets sont issus sans équivoque de notre époque contemporaine.  Son choix de sujet s'adresse directement à notre vie quotidienne.

 Ses " sœurs " - d'âge et de statut social très divers - sont frappantes par leur personnalité. Mais au-delà de l'individu, leur diversité même représente des fragments disparates d'une mosaïque se combinant pour révéler une image de l'humanité rythmée par la vie.  A travers cette humanité partagée, chaque portrait a le pouvoir d'évoquer en un instant pour le spectateur, le plus personnel des souvenirs.

 Grâce à sa formation de restauratrice de tableaux, Anne Christine, à chaque couche de peinture minutieusement appliquée, révèle progressivement le visage de ses modèles dans toute son intimité nue.  Les caractéristiques émergent avec précision et réalisme.  Le creux doux d'une ride fine, la texture d'une mèche de cheveux ou encore l'humidité d'un œil scintillant : c'est dans cette quête d'exactitude et de fidélité à son sujet que l'individu se révèle dans toute sa sensibilité.   Le choix d'une expression neutre est délibéré, laissant ainsi le portrait ouvert à l'interprétation personnelle de chaque personne qui se tient devant lui.

 La technique de précision exercée dans le traitement de chaque visage s'étend aussi au corps et aux vêtements du modèle.  Ces dernières ancrent fermement la composition dans notre époque à travers les plis d'un tee shirt froissé, la broderie délicate sur un corsage ou un simple tatouage.

C'est à la naissance de la photographie, entre autres, que s'annonce le déclin du portrait peint, et pourtant c'est à partir d'une photographie qu'Anne Christine travaille, preuve ultime qu'en creusant profondément dans les traditions de son art, elle se démarque de cette tradition même en cherchant une vérité nue dans ses représentations.

 L'interprétation visuelle de l'artiste sur son sujet, le regard du spectateur sur l'œuvre d'art, qui questionne la représentation de la réalité, lorsque la peinture devient à la fois reflet et fragment d'humanité.

 

Représenté par Courcelles Art contemporain, Paris

© HYPERREALISM.net Tous droits reservés

  • Facebook
Logo+shadow.png